Parution – « Voyages immobiles dans la prose ancienne » de Cédric LAURENT

Cédric LAURENT, Voyages immobiles dans la prose ancienne: La peinture narrative sous la dynastie Ming (1368-1644), Préface de Michèle PIRAZZOLI-T’SERSTEVENS, Paris: Belles Lettres, 2017. 332 pages, 48 illustrations couleurs.

 

Les Voyages immobiles dans la prose ancienne (la peinture narrative sous la dynastie Ming, 1368-1644), préfacés par Michèle Pirazzoli-t’Serstevens, proposent un parcours visuel novateur prenant en compte la tradition picturale et stylistique (le bleu-vert), ainsi que ses sources littéraires ; mieux, il place le lecteur dans la situation même des amateurs d’art et collectionneurs, auxquels s’adressaient originellement ces œuvres.

Les œuvres picturales du XVIe siècle ici décrites, analysées et comparées, peintures profanes sur rouleaux horizontaux, ont été produites dans un contexte littéraire très favorable et intéressent particulièrement l’École de Wu (Suzhou et la région), autour de la personnalité du peintre Wen Zhengming (1470-1559).

Le corpus de ces peintures narratives et lettrées, qui permet d’établir un lien entre la Littérature (art noble) et l’emploi de la couleur associé à la peinture artisanale depuis la période des Song, est fondé sur sept grands textes en « prose » (guwen), monuments de la littérature classique chinoise et pour certains traduits pour la première fois : l’Ode à la nymphe de la rivière Luo de Cao Zhi, la Seconde ode à la Falaise rouge de Su Shi, le Récit de la Source aux fleurs de pêcher de Tao Yuanming, le Chant du retour de Tao Yuanming, l’Ode au Parc impérial de Sima Xiangru, En méditation dans la montagne les jours s’allongent de Luo Dajing, et le Récit du Kiosque du Vieillard ivre de Ouyang Xiu.

BIOGRAPHIES CONTRIBUTEURS

Cédric LAURENT

Cédric Laurent est maître de conférences en Littérature et Civilisation chinoises à l’Université Rennes 2. Il consacre ses recherches à l’histoire de l’art chinois, particulièrement à l’illustration et aux relations entre peinture et littérature.

Michèle PIRAZZOLI-T’SERSTEVENS

Michèle Pirazzoli-t’Serstevens est directeur d’études à l’École pratique des hautes études. Ses recherches portent sur l’histoire de l’art de la Chine, l’Art et l’archéologie de l’époque des Han, et Giuseppe Castiglione. Elle est, entre autres publications, l’auteur de La Chine des Han (PUF, 1982), Giuseppe Castiglione (1688-1766). Peintre et architecte à la cour de Chine (Thalia, 2007).

TABLE DES MATIÈRES

Avertissement
Remerciements
Préface de Michèle Pirazzoli-t’Serstevens

Introduction. Les peintures narratives chinoises
Qu’est-ce qu’une peinture narrative
Brève histoire de la peinture narrative pré-Ming
Le rouleau horizontal et son mode de lecture
La question de l’illustration dans l’art lettré
Les peintures et leurs références littéraires

Chapitre I. Lettrés de Suzhou : contexte culturel
Art et société à Suzhou
Wen Zhengming : au coeur du monde intellectuel
Au centre d’un réseau de peintres et de collectionneurs
L’art de la copie, les ateliers de Suzhou et les peintures narratives tardives
L’art des lettres
Le guwen ou prose ancienne
Le Wenxuan et ses éditions
Naissance des recueils de guwen
Les nouvelles en langue classique et le Shuofu
Quelques autres illustrations au tournant des VIe et XVIIe siècles
Références stylistiques et lignées de peintres : un discours sur l’art

Chapitre II : La Nymphe de la rivière Luo
Le texte de référence
L’Ode à la nympe de la rivière Luo
Découpage du texte de référence
Description de la peinture de Londres
Les compositions narratives anciennes
La Nymphe de la rivière Luo de Beijing
La Nymphe de la rivière Luo du Liaoning
La Nymphe de la rivière Luo de Washington
Histoire des différentes compositions
Le rapport texte/image
Tableau comparatif des scènes dans les différentes compositions
Le rapport texte/image dans les différentes compositions et la question des « amadouvier »

Chapitre III : La Falaise rouge
Le texte de référence
La Seconde ode à la Falaise rouge
Impermanance et rencontre dans les Deux odes à la Falaise rouge
Description des peintures
La Falaise rouge
Copie de la Seconde ode à la Falaise rouge de Zhao Bosu
Tableau comparatif des scènes dans les différentes versions
Historique des compositions
La Seconde ode à la Falaise rouge attibuée à Qiao Zhongchang
Le modèle Song
De Qiao Zhongchang aux frères Zhao : développement du paysage et
simplifiacation narrative
Les Deux odes à la Falaise rouge de Zhao Mengfu
Le Chaînon manquant : une peinture de Zhao Mengfu ?

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *