Le CEIB donne à sa conférence annuelle le nom de « Lin Li-kouang distinguished lecture for Buddhist studies »

En janvier 2017, le Conseil scientifique du Centre d’études interdisciplinaires sur le bouddhisme (CEIB) lance, à l’initiative de son directeur Ji Zhe, sa conférence annuelle intitulée « Lin Li-kouang distinguished lecture for Buddhist studies ». Ce titre a été choisi pour rendre hommage à Lin Li-kouang, linguiste et bouddhologue d’origine chinoise qui enseigna aux Langues O’ de 1933 à 1944. Dans le cadre de cette conférence, le CEIB invitera chaque année un universitaire étranger internationalement reconnu dans le domaine des études bouddhiques afin qu’il présente ses travaux au public français. La première édition de cette conférence aura lieu le 22 mars 2017 à l’Inalco (2 rue de Lille). Elle sera assurée par le Professeur Stephen F. Teiser de l’Université de Princeton qui présentera une communication intitulée « Cultures of Healing in Chinese Buddhism ».

Lin Li-kouang (林藜光, 1902-1945)

Il convient de rappeler brièvement le parcours intellectuel de Lin Li-kouang (林藜光, 1902-1945). Il est né en 1902 à Xiamen (Amoy) dans la province du Fujian. Diplômé en 1926 de la faculté de philosophie de l’Université de Xiamen, il s’orienta très tôt vers les études bouddhiques. De 1924 à 1926, il fut initié au sanskrit par l’éminent sinologue et bouddhologue Paul Demiéville (1894-1979), alors professeur à l’Université de Xiamen. En 1929, il accepta le poste d’assistant à l’Institut Harvard-Yenching de Pékin que lui avait proposé Alexandre von Staël-Holstein (1877-1937). Alors qu’il se consacrait à des recherches philologiques, cet orientaliste et sinologue germano-balte le forma à l’étude du sanskrit. Dans le même temps, il compila un « Index chinois-sanskrit du Kāśyapaparivarta », réunissant plus de 10 000 fiches, mais celui-ci ne fut jamais édité. En 1933, l’École des langues orientales où Paul Demiéville avait été nommé professeur en 1931, lui proposa un poste de répétiteur de chinois qu’il accepta immédiatement. Il eut ainsi la possibilité de venir en France et d’y étudier le sanskrit et le pâli auprès de l’indianiste de renom, Sylvain Lévi (1863-1935), professeur au Collège de France.

Sylvain Lévi avait fait copier au Népal en 1922 un volumineux recueil de stances bouddhiques, intitulé Dharma-samuccaya. D’après Paul Demiéville,

« La copie (…) fourmillait de fautes presqu’à chaque ligne. Un colophon du manuscrit indiquait que les stances étaient tirées du Saddharma-smṛtyupasthāna-sūtra. Sylvain Lévi avait bien reconnu dans ce titre celui d’un gros ouvrage du Petit Véhicule dont l’original sanskrit est perdu, mais qui s’est conservé en une version tibétaine et deux versions chinoises ; il n’avait cependant pas réussi à y retrouver les stances du Dharma-samucaya. C’est que le compilateur, un moine obscur du nom d’Avalokitasimha, avait eu l’idée saugrenue de regrouper à sa manière les stances du sūtra, et il avait si bien bouleversé l’ordre selon lequel celles-ci se présentaient dans le sūtra original, qu’un Sylvain Lévi lui-même n’arrivait plus à les y repérer sous leur habit tibétain ou chinois. » (Demiéville, 1949, introduction à L’Aide-mémoire de la vraie loi de Lin Li-kouang).

Collationner un tel manuscrit représentait une tâche énorme et des plus fastidieuses ; Sylvain Lévi, trop âgé pour se lancer dans cette entreprise, en confia l’accomplissement à Lin Li-kouang. Ce dernier entreprit en 1935, peu de temps après la mort de son éminent professeur, de recopier pour la Bibliothèque Nationale de France, la traduction tibétaine du sūtra. Il fit de même pour les versions figurant dans le « Recueil d’écritures bouddhiques en chinois » afin de les comparer avec le manuscrit sanskrit. Ainsi, à force de patience et d’obstination, il parvint à identifier dans les versions chinoises, une première stance, puis une autre, des séries entières et enfin tout l’ensemble. Ce travail lui permit de corriger le texte sanskrit du Dharma-samuccaya.

Sous la direction de Louis Renou (1896-1966), alors directeur de la IVe section de l’École pratique des hautes études, Lin Li-kouang établit une édition critique, accompagnée d’annotations, des 2 549 stances du Dharma-samuccaya. Le texte sanskrit fut édité avec les traductions tibétaine et chinoise et une version française qu’il rédigea. Partant de l’analyse de ces différents textes, il formula nombre d’observations pertinentes.

Cette tâche accomplie, il débuta aussitôt la rédaction de l’« Introduction au Compendium de la loi ». Conçue au départ comme une étude de l’évolution du Dharma-samuccaya au regard de l’histoire du bouddhisme et des questions liées aux traductions des textes, elle devint, du fait de ses multiples implications, une étude complète du Saddharma-smṛty-upasthāna-sūtra. Celle-ci augmenta peu à peu jusqu’à devenir une somme conséquente d’études sur le bouddhisme du Petit Véhicule décrit aux différentes étapes de son évolution historique. Sous l’intitulé « L’Aide-Mémoire de la Vraie Loi », l’Introduction comptait cinq chapitres répartis sur plus de trois cent cinquante pages.

Le volume de travail était tellement considérable que Lin Li-kouang consacra dix années à cette étude, dont six durant la Seconde Guerre mondiale. Il fit preuve d’un très grand dévouement ; il consacrait ses journées à ses enseignements de chinois et ses soirées à ses travaux, et ce, souvent jusque tard dans la nuit. Les privations durant les années de guerre, le surmenage ainsi que l’angoisse lancinante que lui causait l’incertitude du devenir de sa patrie lointaine et du destin de ses proches, eurent raison de sa santé. Il mourut silencieusement dans une solitude absolue à l’aube du 29 avril 1945 au sanatorium de St-Hilaire-du-Touvet (Isère), à l’âge de 43 ans. L’année suivante, ses restes furent transférés au Cimetière du Père-Lachaise.

La tombe de Lin Li-kouang au Cimetière du Père-Lachaise

Après sa mort, son manuscrit fut révisé et publié à l’initiative de Paul Demiéville et grâce au concours d’André Bareau (1921-1993), directeur d’études à l’EPHE et de M. J. W. de Jong (1921-2000), professeur à l’Université nationale d’Australie à Canberra. Ce dernier se chargea d’écrire les appendices. La Librairie d’Amérique et d’Orient assura la publication de l’ensemble de l’œuvre en quatre volumes ; ils furent successivement édités en 1946, en 1949, en 1969 et en 1973.

C’est par cette recherche monumentale que Lin Li-kouang a apporté sa contribution aux études bouddhiques en France. Ainsi, soixante-douze ans après la mort de ce bouddhologue venu de la Chine, nous avons l’honneur d’associer notre conférence annuelle à son nom. Son parcours et ses travaux apparaissent aujourd’hui comme une intuition de ces collaborations qui ont donné naissance au CEIB, réunissant les trois établissements co-fondateurs du centre, l’Inalco, l’EPHE et le CdF, et ont dans le même temps participé à fonder ces traditions d’échanges et de coopérations entre les chercheurs d’Europe et d’Asie. Enfin, l’œuvre de Lin Li-kouang illustre tout particulièrement une préoccupation majeure des études bouddhiques, celle de respecter, refléter et reconstruire la pluralité des civilisations.

Nous tenons à remercier M. Lin Xi, le fils de Lin Li-kouang, pour son aide à la rédaction de ce texte et pour avoir autorisé la reproduction des photos figurant ci-dessus.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *