Revue Ateliers d’Anthropologie n°45 : Tricologie tibétaine

Ce numéro sur les cheveux et leur traitement dans l’aire culturelle tibétaine s’inscrit en dialogue avec le travail de Christian Bromberger, qui a proposé une approche analytique générale du traitement social des cheveux et poils. Éléments corporels intimement associés à la prospérité et à la vitalité de l’individu (comme le rappelle le témoignage ethnographique d’un contributeur tibétain à ce numéro), les cheveux dans le monde tibétain reflètent aussi des évolutions contemporaines, avec des ruptures dans la valorisation du cheveu long chez les laïcs, ou la possibilité de lectures politiques critiques de sa longueur. Chez les religieux, les modalités du fait capillaire sont fortement codifiées, de façon variable selon les formes de spécialisation religieuse. Le contraste est flagrant entre le clergé monastique au cheveu ras et, à l’autre extrême, les cas de pratiquantes virtuoses non monastiques, aux cheveux longs, et surtout les tantristes et leur véritable culture des cheveux longs, voire des dreadlocks. Les textes réunis dans ce numéro donnent à voir une culture trichologique particulièrement riche, qui permet de suggérer comment prolonger le travail de Bromberger dans le sens d’une anthropologie plus complète du cheveu.

Publié sur OpenEdition.

Suivez ce lien pour lire les articles.

Dont un article de Françoise Robin intitulé « La bru Gemotsang s’est fait teindre en blond ».

Cet article explore la manière dont une lecture attentive de la littérature tibétaine contemporaine permet de rendre compte des évolutions de la chevelure féminine et, partant, des bouleversements socio-économiques qui touchent les jeunes femmes tibétaines aujourd’hui. En examinant un poème, « La bru Gemotsang s’est fait teindre en blond » de Chen Metak (2012), on voit comment le thème apparemment anodin de la coloration des cheveux d’une jeune femme partie en ville provoque un effet de sidération sur les habitants d’un village. En miroir de ces évolutions telles qu’elles sont perçues par les écrivains hommes, quelques écrits d’intellectuelles tibétaines sont également convoqués, qui appellent à un questionnement des normes capillaires traditionnelles imposées aux femmes, les associant à des symboles invisibles mais puissants de subordination.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.