Livre “Grandes heures de la pensée chinoise. De la dynastie Song au XXe siècle”, dir. Jean-Claude Pastor

Jean-Claude Pastor (dir.), “Grandes heures de la pensée chinoise. De la dynastie Song au XXe siècle”, Paris, Indes savantes, 2019. 

“À partir du XIe siècle, la Chine connaît d’importantes transformations sociales et économiques, ses villes se développent considérablement, et les techniques de reproduction rapide des textes connaissent un essor spectaculaire, ce qui facilite la transmission du savoir et stimule les débats intellectuels. C’est cette conjonction d’un ensemble de facteurs qui favorise l’émergence d’un puissant courant philosophique qu’on appellera plus tard le « néo-confucianisme ». Les grandes figures de ce courant s’adonnent à un questionnement où la cosmologie est inséparable des préoccupations métaphysiques et morales. Après la longue période d’influence bouddhique que la Chine avait connue durant l’époque médiévale, pendant plusieurs siècles, ces lettrés seront animés par le désir de redonner à la pensée chinoise ses lettres de noblesse en rénovant la pensée confucéenne.

Au XIXe siècle, la Chine entre dans une phase de crise profonde qui donne lieu dans un premier temps à un courant confucéen réformiste qui s’essouffle rapidement. Une vague d’anti-traditionalisme lui succède au début du XXe siècle, à laquelle réagissent les premiers tenants du « confucianisme contemporain » qui adoptent une position plus sino-centrique tout en se réclamant de la science et de la démocratie. L’importation par ces penseurs de notions philosophiques occidentales provoque des hybridations conceptuelles révélatrices des énormes tensions qui parcourent une pensée qui se cherche depuis la chute de l’ordre impérial en 1911.”

Site de l’éditeur.

Avec les participations de :

  • Joseph Ciaudo, “Quelle conception de la vie pour la Chine de demain? Une Question centrale dans la philosophie de Zhang Junmai”, p. 175-206.
  • Hélène Voyau, “Confucianisme et modrnité. Xiong Shili (1885-1968) et sa relecture des Classiques”, p. 145-173.
  • Frédéric Wang, “La synthèse néo-confucéenne de Liu Zongzhou (1578-1645)”, p. 81-99.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.