Soutenance de thèse : Charlotte Marchina

Charlotte Machina, doctorante de l’équipe ASIEs, soutiendra sa thèse le mardi 8 décembre à 9h30 dans les Salons de la Maison de la recherche de l’Inalco (2 rue de Lille, 75007 Paris).

Son sujet de thèse est : Faire communauté. Étude anthropologique des relations entre les éleveurs et leur animaux chez les peuples mongols (d’après l’exemple des Halh de Mongolie et des Bouriates d’Aga, Russie)

Jury :
M. Philippe Descola (Professeur, Collègue de France), pré-rapporteur
Mme Vinciane Despret (Chef de travaux, Université de Liège)
Mme Carole Ferret (Chargée de recherche, CNRS)
Mme Caroline Humphrey (Professor, University of Cambridge), pré-rapportrice
M. Jacques Legrand (Professeur émérite, INALCO), co-directeur de la thèse
M. Charles Stépanoff (Maître de conférences, EPHE), co-directeur de la thèse

Résumé de la thèse :
Cette thèse, qui s’appuie sur plusieurs enquêtes ethnographiques chez les Halh de Mongolie et les Bouriates d’Aga, ainsi que sur des sources écrites en langues mongole, russe et occidentales, porte sur le pastoralisme nomade des peuples mongols. En étudiant la manière dont les éleveurs conçoivent l’agentivité de leurs animaux (chevaux, chameaux, bovins, moutons, chèvres et chiens) et se reposent sur cette dernière, elle montre que l’élevage pastoral, loin d’être réductible à un simple rapport de domination, est un système complexe composé d’interactions multiples entre humains et animaux, qui s’adaptent mutuellement pour faire communauté. À travers une abondante cartographie constituée à partir d’enregistrements GPS, l’analyse des aspects spatiaux de la cohabitation met au jour l’importance de la relation triadique homme-animal-environnement qui participe du maintien de la communauté. Cette communauté multispécifique engage des moyens de communication qui mobilisent les cinq sens et qui révèlent les capacités cognitives des animaux. Les éleveurs exploitent celles-ci dans les situations de coopération homme-animal, où le rôle joué par les animaux est différencié selon leurs caractéristiques individuelles. Malgré les différences environnementales, socio-économiques et politiques des deux terrains d’enquête, la perspective comparative met en lumière des éléments d’un continuum mongol. Les assemblages et équilibres fins à l’œuvre dans les relations interspécifiques révèlent la grande autonomie des animaux, dont les éleveurs attendent qu’ils jouent un rôle actif dans les tâches pastorales.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.